Aller au contenu principal

Agence d'Urbanisme de la Région Nantaise

L’Agence d’urbanisme de la région nantaise (AURAN) produit des analyses, décrypte les tendances et actualise des données pour les collectivités. C’est un outil partenarial d’aide à la décision pour les élus et une ressource pour la compréhension et la mémoire des territoires.

Avant / Après : Naissance et renaissance du cours des 50-Otages

Le cours des 50-Otages correspond à l’ancien lit de l’Erdre qui se jetait dans la Loire, dans le bras de la Bourse. Il marquait la frontière entre le Nantes médiéval et le quartier Graslin construit au 18e siècle. Le remblaiement commence en mars 1938, coté Pont-Morand. Rapidement la municipalité décide d’établir un vaste boulevard sur cette partie de l’Erdre, dénommé tout naturellement « boulevard de l’Erdre », bordé par les allées des Tanneurs, d’Orléans, Cassard, Duquesne, Penthièvre et Jean-Bart qui rappellent les anciens quais. Les travaux de comblement se poursuivent jusqu’en 1943 et ne seront achevés qu’après guerre. Le nouvel axe est baptisé cours des 50-Otages à la Libération, le 20 octobre 1944, en hommage aux 48 prisonniers exécutés en représailles à la mort du feldkommandant Karl Hotz abattu à Nantes en octobre 1941.

Cette artère devient une des voies les plus fréquentées de l’agglomération, au point de convergence des axes venant de Vannes et Rennes.

La circulation va jusqu’à s’organiser sur huit files, deux files dans chaque sens dans les allées et quatre files sur l’axe central. Plusieurs milliers de véhicules l’emprunteront chaque jour pendant près de quarante ans. Les accidents étaient fréquents et parfois graves.

Avec le prolongement de la deuxième ligne de tramway au début des années 1990, son réaménagement parait nécessaire. Un concours d’urbanisme est organisé auquel participent une dizaine d’architectes français et étrangers. On parle de faire revenir l’eau dans la ville. Une équipe composée des architectes Italo Rota, et Bruno Fortier, associés à l’architecte paysagiste Jean-Claude Hardy ainsi qu’à l’ingénieur Thierry Bloch et qu’au concepteur lumière Roger Narboni, remporte le concours « Une nouvelle centralité pour Nantes ». Elle a été choisie pour son traitement du paysage et la place donnée au végétal. Le cours réaménagé est inauguré en octobre 1992.

 

Vingt ans plus tard, à l’automne 2012, la voiture disparaît au profit d’un usage plus collectif. La partie sud devient zone à trafic limité où seuls sont autorisés les cyclistes, les bus, les véhicules en intervention, ainsi que ceux des riverains, commerçants et livreurs à certaines heures. Depuis la zone a été étendue sur toute la longueur du cours qui accueille désormais en son milieu une double piste cyclable.

Ce n’est plus aujourd’hui ni le cours d’une rivière parfois débordante ni le flot tumultueux de la circulation des années 1960, mais un espace public apaisé, plus proche du calme de ses origines, où chaque usager peut trouver une place. Les noms « place de l’Écluse », « Pont Morand », ceux des « allées » marquent toutefois le souvenir de l’Erdre ancienne.

Partagez