Aller au contenu principal

Agence d'Urbanisme de la Région Nantaise

L’Agence d’urbanisme de la région nantaise (AURAN) produit des analyses, décrypte les tendances et actualise des données pour les collectivités. C’est un outil partenarial d’aide à la décision pour les élus et une ressource pour la compréhension et la mémoire des territoires.

Aire urbaine de Nantes : une forte croissance démographique durablement installée !

961 521 habitants dans l’aire urbaine de Nantes au 1er janvier 2016

L’Insee comptabilise 961 521 habitants dans l’aire urbaine au 1er janvier 2016. Cela fait de Nantes la 8ème aire urbaine de France et la 4ème de par sa croissance démographique (+ 1,5 %). L’aire urbaine de Nantes a connu une accélération de son dynamisme entre la période 2006-2011 et 2011-2016, passant de + 1,0 % à + 1,5 %. Chaque année entre 2011 et 2016 en moyenne l’aire urbaine compte 13 234 habitants supplémentaires.
La métropole nantaise est le moteur du dynamisme démographique de l’aire urbaine, elle génère 67 % de l’accroissement de la population entre 2011 et 2016. Néanmoins, cette croissance, qui n’a jamais été aussi forte au cours des cinquante dernières années, lui permet seulement de maintenir son poids démographique (la population de la métropole représentant 66 % de l’aire urbaine). Sur la période 2006-2011, sa part dans la croissance de l’aire urbaine n’était que de 34 %.

56 % de sa croissance portée par le solde migratoire.

Le dynamisme démographique de l’aire urbaine de Nantes est porté à 56 % par le solde migratoire sur la période 2011-2016. Cela représente, en moyenne, un apport de 7 561 personnes par an. Au cours de la période précédente (2006-2011), seulement 32 % de la croissance démographique était liée au solde migratoire. La part de la croissance migratoire a plus que doublé entre les deux périodes tandis que le solde naturel est resté stable.
Cela est encore plus marqué sur Nantes. Au cours de la période 2006-2011, la croissance était exclusivement portée par le solde naturel (Nantes enregistrait alors un déficit migratoire). Aujourd’hui, son apport migratoire représente près de la moitié de sa croissance. Cette dynamique démographique alimente et conforte la dynamique économique du territoire, en permettant par exemple la création d’emplois dans la sphère présentielle.

81 % des arrivées dans l’aire urbaine de Nantes se font sur Nantes Métropole (en moyenne par an, entre 2013 et 2017).

Le dynamisme lié aux migrations génère deux types de mouvements de population : les migrations longue distance (impliquant un changement d’aire urbaine) ou courte distance (personne changeant de territoire au sein de l’aire urbaine).
Entre 2013 et 2017, quelle que soit l’aire urbaine, les personnes réalisant une migration longue distance s’installent le plus souvent dans la ville centre. Elles ont toutes un apport migratoire généré par les migrations longue distance (hormis Toulon).
Nantes Métropole est la 4ème, derrière Lyon, Bordeaux et Toulouse, présentant un solde migratoire longue distance élevé (+ 11 300). Ces changements d’aire urbaine sont principalement motivés par l’attractivité économique et universitaire de la ville. En effet, 42 % des arrivées sur Nantes Métropole concernent les 15-24 ans et 27 % concerne les jeunes actifs (25-34 ans).

  • 961 521 habitants

    dans l’aire urbaine de Nantes au 1er janvier 2016

  • 56 %

    de sa croissance portée par le solde migratoire

  • 81 %

    des arrivées dans l’aire urbaine de Nantes se font sur Nantes Métropole

  • 42 %

    des arrivées sur Nantes Métropole concernent les 15-24 ans

Partagez