Aller au contenu principal

Agence d'Urbanisme de la Région Nantaise

L’Agence d’urbanisme de la région nantaise (AURAN) produit des analyses, décrypte les tendances et actualise des données pour les collectivités. C’est un outil partenarial d’aide à la décision pour les élus et une ressource pour la compréhension et la mémoire des territoires.

Aire urbaine de Nantes : une accélération du dynamisme démographique

Nantes fait partie des aires urbaines métropolitaines les plus dynamiques de France. Au cours des toutes dernières années, l'aire urbaine est marquée par une accélération de sa croissance démographique (encore plus importante sur Nantes Métropole), notamment due à un excédent migratoire.

D'où viennent ces personnes ? Où s'installent-elles ? Dans quel logement ? Quels enjeux pour l'aire urbaine ? Ces quelques éléments vous permettront d'appréhender les dynamiques démographiques récentes à l'échelle de l'aire urbaine.

949 316 habitants

L’Insee dénombre 949 316 habitants dans l’aire urbaine de Nantes au 1er janvier 2015. Ce résultat fait de Nantes la 8ème aire urbaine métropolitaine de France par son poids démographique. Son rythme de croissance est très important (+ 1,5 %/an, soit + 13 200 habitants chaque année) et la place au 4ème rang des aires urbaines les plus dynamiques. Cette accélération de croissance est encore plus marquée sur la métropole nantaise (+ 7 400 hab./an entre 2009 et 2014 ; + 8 600 hab./an entre 2010 et 2015).

 

54 % de la croissance est portée par le solde migratoire

Le moteur principal de croissance de l’aire urbaine est le solde migratoire (54 %), qui représente un apport de 7 200 personnes par an. La part de la croissance due au solde naturel est relativement stable (+ 6 000 personnes). La progression du dynamisme démographique est principalement liée à l’attractivité économique et universitaire de l’aire urbaine nantaise. En effet, la part des migrations dans la croissance annuelle a doublé entre les deux périodes (+ 0,4 % par an entre 1999 et 2010 puis + 0,8 % par an entre 2010 et 2015).

 

92 % des personnes arrivant dans l’aire urbaine s’installent dans le parc existant/ancien (construit avant 2012)

Entre 2013 et 2014, sur les 36 000 personnes qui ont emménagé dans l’une des communes de l’aire urbaine de Nantes et pour lesquelles la période de construction du logement occupé est connue, 92 % se sont installées dans un logement du parc ancien, c’est-à-dire construit avant 2012 (soit 31 500 personnes). Le rythme de livraison de la construction neuve n’est alors pas la cause directe du dynamisme démographique. Cependant, dans un contexte de forte croissance, le maintien d’un important effort de production est essentiel pour accompagner la dynamique du territoire et préserver la mobilité de tous les ménages.

 
91 % des enfants de moins de 15 ans arrivant dans l’aire urbaine sont logés dans le parc ancien

La pyramide des âges des nouveaux arrivants fait apparaître une mobilité assez importante des familles. Entre 2013 et 2014 celles-ci semblent privilégier le parc ancien, puisque 91 % des enfants de moins de 15 ans arrivant dans l’aire urbaine sont logés dans le parc ancien. Plus précisément, 73 % des 3 700 enfants âgés de moins de 15 ans arrivés dans l’aire urbaine ont emménagés dans une maison du parc ancien. 


 

  • 949 316 habitants

    vivent dans l’aire urbaine de Nantes au 1er janvier 2015

  • 54 %

    de la croissance est portée par le solde migratoire

  • 92 %

    des personnes arrivant dans l’aire urbaine s’installent dans le parc existant/ancien (construit avant 2012)

  • 91 %

    des enfants
 de moins de 15 ans arrivant dans l’aire urbaine sont logés dans le parc ancien

Partagez